tipitaka network ... his life, his acts, his words                 sabbe satta bhavantu sukhi-tatta

Nouvelles au Tipitaka.net

up a level

Le Monastère de Tournon, lieu de retraite pour cadres stressés

Le lundi 9 juillet 2007, AFP

Des moines bouddhistes prient le 7 juillet 2007 à Tournon-sur-Rhône (AFP - Fred Dufour)

Tournon-sur-Rhône (Ardèche) Le monastère bouddhiste de Tournon-sur-Rhône, qui fête cette année ses 30 ans, accueille au-delà de ses fidèles traditionnels, capitaines d'industries et notables venus y trouver un réconfort au stress du monde moderne.

Perché sur une colline surplombant la cité, le Rhône et les vignobles de L'Hermitage, le monastère Bodhinyanarama organise pour l'occasion douze sessions annuelles dans lesquelles sont dispensées les enseignements de Bouddha basés sur "la méditation et la connaissance de soi".

On y côtoie à chaque fois une quinzaine de médecins, avocats, ingénieurs ou chefs d'entreprise occidentaux comme Bernard Guillerm, patron d'une enseigne de grande distribution, qui y effectue plusieurs retraites annuelles.

"Parce que j'y trouve du bien-être", dit-il simplement, résumant l'opinion générale des méditants, soumis à la stricte observation d'un silence absolu.

"Le bonheur est la réalisation principale du vénérable (responsable spirituel du monastère)", a estimé pour sa part Nelson Ronner, un chef d'entreprise britannique, qui a découvert "les vertus" du bouddhisme au Laos dans les années 70.

Et depuis la création de ce monastère, premier de la tradition de la forêt (Theravada) fondé en Occident, ses sessions de méditation ne se désemplissent pas, en dépit de leur extrême rigueur avec notamment, outre le silence demandé, des levers à 3 ou 4 heures du matin et la coupure totale avec le monde extérieur.

Des personnes prient le 7 juillet 2007 à Tournon-sur-Rhône (AFP - Fred Dufour)

"Le monastère est ouvert à tous ceux qui désirent apprendre à connaître la vraie nature du coeur de chacun", déclare le vénérable Nyanadharo Mahathera, le responsable spirituel et fondateur du monastère de Tournon. Il a été aidé dans son entreprise par la nonne française Jeanine, 80 ans, qui l'assiste toujours.

Le vénérable, entré dans les ordres très jeune et premier bonze laotien réfugié en France, aime à raconter son arrivée "sans un franc dans les poches" et son séjour forcé dans les rues de Paris, qu'il considère comme une représentation de "la forêt", dans laquelle tout moine Theravada doit vivre en ermite.

Nyanadharo Mahathera a accompagné le développement du bouddhisme en France et en Europe, amplifié par l'arrivée des "Boat People" dans les années 70. Pour lui, le bouddhisme conditionne toute l'organisation familiale et sociétale, et en particulier les rapports avec le travail et les autorités dans leur acception la plus large.

L'école Theravada, la seule des premiers temps du bouddhisme à s'être maintenue, fait partie du Petit Véhicule, l'une des trois principales branches du bouddhisme, qui recommande aux fidèles de faire du bien pour "améliorer leur sort dans la prochaine vie (réincarnation)".

"Car tous les éléments de l'être sont transitoires", assure le vénérable.

Selon l'Union bouddhiste de France (UBF), il y a actuellement 600.000 bouddhistes en France, dont 150.000 français.

source: http://www.lejdc.fr/france-31661m0.html



Titres Bouddhistes de Nouvelles:

Le dimanche 15 février 2008
Paris: Le musée Guimet expose l'histoire ancienne de la Thaïlande bouddhiste

Le dimanche 16 novembre 2008
Afghanistan: Privé de ses Bouddhas géants, Bamiyan continue à livrer ses secrets

Le samedi 27 janvier 2008
Afghanistan: Dans les grottes afghanes de Bamiyan, les premières peintures à l'huile


Namo Tassa Bhagavato Arahato Sammāsambuddhassa.
Buddha sāsana.m cira.m ti.t.thatu.